Skol Vreizh

Votre panier




Votre panier est actuellement vide.

   

Vous êtes ici : Accueil Catalogue 2018 : Nouveautés Une embuscade dans les Aurès
Info: Votre navigateur n'accepte pas les cookies. Pour mettre les produits dans votre panier d'achat et les acheter, vous devez activer les cookies.

14,25
15,00 €

Une embuscade dans les Aurès

Une embuscade dans les Aurès
Agrandir l'image


Paramètres
ISBN  : 978-2-36758-090-6
Auteur(s)  : GUILLOU Anne
Nb. pages  : 224 p
Délai de livraison
En stock
Actuellement livré en:
2-3d.gif


Pour commander


GUILLOU Anne

Récit

Affecté au poste militaire de T’Kout dans les Aurès (Algérie) en 1960, le sous-lieutenant Raymond Messager, promotion « Terre d’Afrique » à Saint-Cyr-Coëtquidan, n’atteignit jamais sa destination.

Le 12 septembre 1960, une embuscade tendue par les rebelles l’arrêta net. Il avait 22 ans.

Anne Guillou-Riou, sa fiancée au moment du drame, revient aujourd’hui sur le parcours du jeune officier et sur les jours sombres de l’Algérie d’alors dans un récit autobiographique sur fond de guerre.

Liant les éléments sociologiques à la presse de l’époque, les travaux des historiens à l’expérience personnelle, l’auteur livre ici un ouvrage sensible fondé sur la mémoire, retraçant la lente maturation d’un être durement frappé à 20 ans.

L’ouvrage donne un éclairage particulier sur le conflit algérien que les appelés du contingent et les cadres militaires de l’époque ont préféré couvrir d’une chape de silence.


224 p. ; 13 x 21,5 cm, livre relié, couv. souple, impr. NB.


Anne-Guillou-Embuscade


Articles de presse :


* Ouest-France - Page Cultures / Télévision (04/09/2018) :

Ouest-France-04092018


* Ouest-France - Morlaix (16/07/2018) : https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/anne-guillou-l-ecrivaine-hantee-par-ses-fantomes-5883696

Morlaix

Anne Guillou, l’écrivaine hantée par ses fantômes

Anne Guillou présente son ouvrage « Une embuscade dans les Aurès », paru chez Skol Vreizh.
Anne Guillou présente son ouvrage « Une embuscade dans les Aurès », paru chez Skol Vreizh. | PHOTO OUEST-FRANCE

L’ancienne prof, qui a créé le département de sociologie à l’UBO, prend la plume pour se raconter. Dans un ouvrage touchant, elle évoque le destin tragique de son amour de jeunesse.

Portrait

Elle vous accueille chaleureusement. Et vous jauge de son regard clair. Comme si elle voulait voir si son interlocutrice partage ses références. D’emblée, elle plante son regard bleu dans le vôtre. « C’est la première fois, depuis 60 ans, que je reviens sur une tragédie qui a bouleversé mon existence. »

Anne Guillou, écrivaine et romancière, sociologue et chercheuse reconnue pour ses travaux en sociologie rurale, vient de sortir un récit sur les jours sombres de l’Algérie.

En l’écoutant, on glisse inéluctablement vers le passé, celui d’un Finistère rural très éloigné de la plupart des tragédies qui agitaient le monde, marqué par ses destins brisés, par l’emprise de l’église, par le quotidien, qui suit son cours…

« Faite pour aimer »

Cette vie est alors la sienne. Celle d’une jeune fille « bonne en calcul mental, dictée et rédaction », qui quitte la ferme familiale de Kerougay, à Guiclan, pour le juvénat (institution destinée à former de jeunes religieuses) de Montfort-sur-Meu (Ille-et-Vilaine). « C’était le prix à payer pour espérer un autre avenir que celui de paysanne… Malgré ma bonne volonté, en fin de 4e, je ne suis pas qualifiée pour poursuivre. »

Anne reprend le fil de son parcours scolaire à Notre-Dame-du-Mur, à Morlaix. « À quinze, seize, dix-sept ans, je sens que je suis faite pour aimer… Mon père acceptera que je m’émancipe quand Raymond se fera connaître comme futur mari. »

Anne est alors institutrice à Landivisiau. Raymond Messager, fils de paysans de Guiclan, est un élève brillant. Il choisit la carrière militaire. Le parcours du jeune officier, formé à Saint-Cyr-Coëtquidan, ajoutait à la renommée de la famille « mais je me suis toujours demandée pourquoi il était allé vers ce métier ? »

Le 12 septembre 1960, le sous-lieutenant est affecté au poste militaire de T’kout dans les Aurès. « Mais il n’atteignit jamais sa destination, il est tombé dans une embuscade tendue par les rebelles.»

« J’avais 20 ans »

À Guiclan, c’est le choc. « Un chaos psychologique, seule avec ma douleur, je suis comme victime d’un dérèglement », se souvient Anne. Sa vie s’écroule. « J’avais 20 ans, qu’est ce que j’allais devenir ? »

En retraite depuis plusieurs années, elle a écrit plusieurs romans. Mais l’époque de ses vingt ans revient comme un boomerang. C’est en 2016, dans les Aurès, en Algérie, qu’elle renoue avec son passé qui l’a durement bouleversée, il y a près de 60 ans. Ce n’est plus la grande Histoire. Mais son histoire à elle.

Un récit autobiographique sensible où elle revit cette longue remontée vers la vie et la reprise de ses études à la Sorbonne, l’enseignement, la lutte joyeuse et confiante du mouvement féministe. Un ouvrage qui donne aussi un éclairage documenté sur le conflit algérien « que les appelés du contingent ont préféré couvrir d’une chape de silence ».

Une embuscade dans les Aurès, chez Skol Vreizh. 15 €.

Dédicaces : 21 juillet, de 10 h à 12 h, chez Dialogues, et de 13 h 30 à 18 h, au centre Leclerc ; 25 juillet, de 10 h à 12 h, maison de la presse à Landivisiau ; 28 juillet, de 10 h à 12 h, à Guiclan.



* Le Télégramme - Morlaix (16/07/2018) https://www.letelegramme.fr/finistere/morlaix/anne-guillou-riou-la-parole-se-libere-sur-la-guerre-d-algerie-16-07-2018-12029135.php

A. Guillou-Riou. « La parole se libère sur la guerre d’Algérie »

Avec son livre, la sociologue et écrivain Anne Guillou-Riou revient sur son drame personnel et sur les jours sombres du conflit algérien.
Avec son livre, la sociologue et écrivain Anne Guillou-Riou revient sur son drame personnel et sur les jours sombres du conflit algérien.

Sociologue, écrivain, Anne Guillou-Riou est l’auteur de nombreux ouvrages. Avec ce dernier livre, elle relate le parcours de son fiancé, un jeune officier, mort à 22 ans lors de la guerre d’Algérie, un conflit à propos duquel les langues semblent enfin se délier. Rencontre avec une passeuse de mémoires, la sienne et celle des autres.

Affecté à un poste militaire dans les Aurès, une province algérienne, le sous-lieutenant Raymond Messager n’a jamais atteint sa destination. Il est mort le 12 septembre 1960, dans une embuscade. Il avait 22 ans. 58 ans plus tard, celle qui était sa fiancée au moment du drame, la sociologue et écrivain Anne Guillou-Riou, revient avec une précision chirurgicale sur ce traumatisme personnel, mais aussi sur les jours sombres de l’Algérie d’alors. Point n’est besoin d’être un fin exégète pour saisir que cet ouvrage offre un éclairage multiple, tant sur un conflit sur lequel pèse encore une lourde chape de silence que sur l’éveil des consciences. Mais aujourd’hui, les langues se délient : « J’ai voulu montrer le quotidien d’un jeune officier en Algérie. C’est un morceau d’histoire que les enfants des appelés d’alors, qui aujourd’hui ont 80 ans et qui sont parfois honteux de ce qu’ils ont vu, veulent connaître. Ce qui m’a convaincue d’écrire et d’aller dans les Aurès, où mon fiancé a été tué, c’est la rencontre des gens qui ont pris part à ce conflit ».

« Une embuscade
dans les Aurès »


« Mon intention n’était pas d’écrire un livre triste, même si j’ai enfoui ma tristesse au plus profond de moi pendant plus de 50 ans. Je suis passée par toutes les phases possibles, l’abattement, le désespoir. J’ai même imaginé que j’étais faite pour une vie religieuse, pas pour une vie heureuse avec des enfants, un mari. Puis j’ai saisi une main qui m’était tendue, et peut-être ma vie d’après le drame est-elle encore plus riche. J’ai repris des études de sociologie, je me suis mariée, j’ai eu une fille, j’ai commencé à écrire. Après un aussi long cheminement dans le silence, je n’ai pas voulu laisser dans l’ombre un événement qui a tant bouleversé ma vie. La parole se libère, l’écriture aussi, et il est totalement justifié de travailler sur la mémoire ».


Pratique

« Une embuscade dans les Aurès », aux éditions Skol Vreizh, dès aujourd’hui mercredi 18 juillet. Plusieurs séances de dédicace auront lieu, dont les dates sont disponibles sur le site du Télégramme.



Feuilleter


Avis des clients:

Skol Vreizh  (Mercredi, 05 Septembre 2018)
Noter: 5
Message de Yannick B. : J'ai trouvé ce livre d'Anne Guillou formidable, entre auto-biographie et documentaire sur la guerre d'Algérie mais aussi sur son pays de Leon, qui se trouve être le mien. La dernière partie de l'ouvrage me semble un peu... opérationnelle - disons le comme ça- sur son voyage en Algérie mais le reste est agréable à parcourir. L'écriture d'Anne Guillou est toujours aussi sensible, touchante, empreinte d'une certaine sagesse. A lire, pour tout autant mieux comprendre l'état d'esprit des familles paysannes du Leon à cette période et l'impact de la guerre d'Algérie sur les populations.




Vous pourriez être également intéressé(e) par l'un de ces produits

12,35
13,00 €
29,45
31,00 €
11,50
12,11 €
14,25
15,00 €

Vous rencontrez une difficulté pour finaliser votre commande ?
N'hésitez pas à nous contacter au 02 98 62 17 20  (aux heures de bureau),                                                                ou bien téléchargez ce bon de commande (à nous retourner accompagné de votre règlement).                            Vous n'arrivez pas à créer votre compte client ?
* Cela peut être dû au code Antispam que vous n'arrivez pas à déchiffrer.  Passez au code suivant en cliquant sur   Nouveau test  , mais surtout n''oubliez pas les majuscules !                                                                                              *  Pensez à vérifier que vous n'êtes pas déjà inscrit sur notre site en cliquant sur                    

Auteurs

Info: Votre navigateur n'accepte pas les cookies. Pour mettre les produits dans votre panier d'achat et les acheter, vous devez activer les cookies.
paypal