Skol Vreizh

Votre panier




Votre panier est actuellement vide.

   

Vous êtes ici : Accueil Catalogue Bretons dans la Guerre N°64 : Les Bretons dans la Guerre de Cent Ans
Info: Votre navigateur n'accepte pas les cookies. Pour mettre les produits dans votre panier d'achat et les acheter, vous devez activer les cookies.

11,40
12,00 €

N°64 : Les Bretons dans la Guerre de Cent Ans

N°64 : Les Bretons dans la Guerre de Cent Ans
Agrandir l'image


Paramètres
ISBN  : 
Auteur(s)  : CASSARD Jean-Christophe
Nb. pages  : 84 p
Délai de livraison
En stock
Actuellement livré en:
48h.gif


Pour commander


CASSARD Jean-Christophe

La guerre de Cent ans, étalée selon l’habitude historique de 1337 à 1453, voit l'affirmation de l'État, la constitution de véritables armées composées de professionnels bien équipés. Les sièges sont plus sanglants qu'auparavant. Les gens d'armes, vassaux des barons ou des rois, embrassent désormais une certaine forme de nationalisme tandis que s’affirme la puissance nouvelle des armes à feu.

Les Bretons et leur duc se trouvent engagés dans ce processus ainsi que le montrent le perfectionnement continuel des structures institutionnelles de la principauté et l’adhésion apparemment sincère de la petite et moyenne noblesse au projet d’un duché fort, capable de s’affirmer au besoin contre le roi. Mais dans le même temps les Bretons fournissent d’importants contingents et des capitaines de renom aux armées qui viennent à bout des Anglais, en deux temps, non sans avoir auparavant encouru leur lot de critiques générées par leur conduite trop souvent peu recommandable ou carrément exécrable.

L'entente entre duché et royaume, un temps réalisée aux heures les plus sombres de l’histoire de France, avortera avec la victoire d’une monarchie renforcée et désormais pourvue d’une visée absolutiste.

Si la mémoire s'émousse au fil des décennies, les braves compagnons de Bertrand du Guesclin ou d’Arthur de Richemont prendront pied dans l’espace public. Ces figures de la chevalerie médiévale appartiennent dorénavant à un passé folklorisé, repeint aux couleurs de l’animation touristique, dépourvu de sens autre que ludique ou patrimonial pour les rares traces matérielles qu’il a laissées. Sauf qu’en Bretagne Bertrand excite encore certaines colères explosives, qui surprendraient beaucoup les acteurs de ces siècles de fer.

84 p. ; 20X20 cm, livre relié, couv. couleurs, imp. tout quadri. nombreuses illustrations



alt

Cinq questions à l'auteur.

1. Qui êtes-vous ? Un enseignant d'histoire, aujourd'hui professeur d'histoire médiévale à l'université de Brest, passionné par sa matière depuis sa plus tendre enfance puisque dès l'école primaire je voulais devenir, paraît-il, "instituteur d'histoire". Et j'y suis arrivé ! d'abord en lycée, dorénavant dans le supérieur.

2. Quel est le thème central de votre ouvrage ? Pas tellement la guerre, mais les hommes qui la font, en particulier ceux d'origine bretonne qui se voient contraints de s'engager comme soldats réguliers ou mercenaires au service du roi de France contre les Anglais, ses ennemis d'alors. Sur plus d'un siècle, le recrutement évolue avec une meilleure organisation des armées, donc de l'Etat, mais à la fin du conflit, en 1453, les Bretons n'ont sans doute pas été assez reconnus et récompensés par le roi, ce qui a créé une forme de rancoeur dans le duché.

3. Si vous deviez mettre en avant une phrase, laquelle choisiriez-vous ? Elle ne sera pas de moi, mais d'un poète du XIVe siècle, Guillaume de Saint-André : "Bretons étaient défigurés / Blessés, rompus et détranchés ; / Les uns borgnes, les autres torts (boiteux) ; / Et (aus-)si étaient leurs chevaux morts. / Souffert avaient trop de malchance / En gardant le royaume de France / D'oppressions, de tort, de force".

4. Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? Certainement pas un air de biniou traditionnel, encore moins celle d'un bagad à la mode écossaise qui discipline la musique militaire. Je choisirais plutôt du hard rock des années quatre-vingts, du genre de celle utilisée par Stanley Kubrick dans Orange mécanique, un film qui m'avait fortement impressionné quand je l'ai vu la première fois.

5. Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? La grande pitié que l'on ressent souvent devant ces hommes soumis à rude épreuve dans des guerres qui ne sont pas les leurs, mal nourris, mal soignés, perdus dans des contrées étranges pour eux. Les princes ne pouvaient pas vraiment les comprendre ni les aimer, d'où les carrières de capitaines comme Bertrand du Guesclin qui étaient issus du même milieu et avaient connu les mêmes misères qu'eux. 


Feuilleter


Avis des clients:

Il n'y a pas encore de commentaire sur ce produit.
Veuillez vous identifier pour poster un commentaire.


Vous pourriez être également intéressé(e) par l'un de ces produits

8,69
9,15 €
9,50
10,00 €

Vous rencontrez une difficulté pour finaliser votre commande ?
 N'hésitez pas à nous contacter au 02 98 62 17 20  (aux heures de bureau),                                                                ou bien téléchargez ce bon de commande (à nous retourner accompagné de votre règlement).                            Vous n'arrivez pas à créer votre compte client ?
*  Pensez à vérifier que vous n'êtes pas déjà inscrit sur notre site en cliquant sur                    

Auteurs

Info: Votre navigateur n'accepte pas les cookies. Pour mettre les produits dans votre panier d'achat et les acheter, vous devez activer les cookies.
paypal