Géographie de la Bretagne/Le commerce extérieur

De SkolVreizhWiki.
Aller à : Navigation, rechercher

Sommaire

Le commerce extérieur (1994)

Auteur : Michel Phlipponneau



Le commerce extérieur

Texte de Pierre-Yves Le Rhun – 2015

C’est au travers des échanges commerciaux internationaux que se fait la confrontation entre les économies nationales. Certes les régions ne sont pas tenues d’équilibrer leurs importations et exportations. Cependant le bilan de la balance commerciale d’un Etat dépend du dynamisme des entreprises de ses régions et de leurs succès sur les marchés internationaux. D’où l’utilité de connaître l’évolution du marché mondial pour juger les performances d’une Bretagne confrontée à la concurrence internationale.

1991-2013 : la formidable croissance des échanges internationaux de marchandises

Alors que la croissance des échanges internationaux était déjà bien lancée, la création de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) en 1995 a favorisé l’ouverture encore plus grande des frontières. Le forte baisse des coûts des communications et des transports (surtout maritimes et par conteneurs) a permis aux multinationales des pays industrialisés de délocaliser des fabrications vers les pays émergents (Chine, Inde, etc). Des entreprises moyennes, et même des petites parfois, ont su également tirer profit des nouvelles possibilités pour exporter sur les marchés de l’Union Européenne ou vers d’autres continents.

C’est ainsi que la valeur des exportations mondiales de marchandises passe de 3 485 Md$ (Milliards de dollars) en 1991 à 18 300 en 2013, soit une multiplication par 4,2 en 22 ans ! Autre exemple, les exportations mondiales de produits manufacturés, dont la valeur était de 4 400 Md$ en l’an 2000, atteignaient en 2013 un montant de 11 800 Md$ : une croissance de 172% en 13 ans. Ce sont les échanges de produits manufacturés qui constituent le moteur principal de la croissance prodigieuse du marché mondial : en 2013 leur valeur totale représentait 64,7% du commerce international des marchandises. L’essor des échanges internationaux est très nettement supérieur à la croissance de la production industrielle des principaux pays engagés dans le marché mondial. Quand une entreprise délocalise la fabrication de pièces détachées, cela génère des opérations de transport international, davantage de rentabilité, mais pas forcément une augmentation de la production, sans compter que la délocalisation peut se traduire par la réduction des emplois. En résumé, les économies nationales, dont les frontières sont devenues poreuses, s’intègrent de plus en plus dans un marché mondialisé. Maintenant c’est à cette échelle que la compétitivité devient la garantie de survie des entreprises exportatrices mais aussi de celles qui subissent la concurrence internationale sur leur propre marché intérieur.

La balance commerciale de la Bretagne en 1991 et 2013

Dans la Géographie & Aménagement de la Bretagne (1994), Michel Phlipponneau fournit les données de la balance commerciale de 1991 en milliards de Francs. Leur conversion en Euros permet de dresser le tableau suivant :



Ce tableau met en lumière quatre faits majeurs : les échanges extérieurs ont fortement augmenté, les importations presque triplé et les exportations plus que doublé. Ceci signifie que la Bretagne n’est pas restée à l’écart de l’évolution du marché mondial. cependant elle ne fait pas mieux en 2013 qu’en 1991 dans l’ensemble du commerce extérieur de la France. Son score évolue entre 4 et 4,5 % alors que sa population représente 7,2 % de la population française. de plus, comme les importations ont augmenté plus que les exportations, le déficit de la balance commerciale s’est sensiblement creusé. le poids de la Loire Atlantique a fortement augmenté (colonne L-Atl/Bret). C’est de plus en plus la locomotive de l’économie bretonne et plus largement de l’ouest armoricain : en effet, les pourcentages en 2013 de la Loire Atlantique dans les échanges de la région administrative des Pays de la Loire sont du même ordre que ceux du tableau : 54,9 % des importations et 46% des exportations.



Les échanges internationaux des départements sont grosso modo proportionnels à leur population. Le poids des industries de l’agglomération rennaise fait que l’Ille et Vilaine réalise 42% des importations et 44% des exportations de la région Bretagne.

Les balances commerciales des 4 départements sont proches de l’équilibre mais c’est assez factice : les importations de carburants provenant de la Basse-Loire sont comptabilisées dans la balance de la Loire-Atlantique. Si les départements de la région Bretagne importaient directement leurs carburants, leurs balances seraient très nettement déficitaires. Par ailleurs des échanges internationaux réalisés par des entreprises dont le siège social est à Paris peuvent être attribués à l’Ile de France….Mais cela ne représente pas des valeurs suffisamment importantes pour modifier profondément la balance régionale. Dans les exportations régionales l’agroalimentaire demeure un poste clé (en 2012 36,5% et même 44% si on prend en compte les équipements industriels de ce secteur). De plus les exportations agroalimentaires dégagent chaque année un excédent sur les importations d’environ un milliard d’euros. Puis viennent la chimie et les plastiques (17%), les matériels de transport (14%), les industries mécaniques (10%) et 9% pour le secteur émergent des TIC (Techniques de l’Information et de la Communication).

Le tableau suivant localise les grands clients ou fournisseurs de la Bretagne et la valeur des échanges : c’est la géographie du commerce international de la région.



En 1991, 73% des exportations régionales étaient destinées à des pays de l’Union Européenne. En 2012, ce pourcentage est descendu à 61% : la région Bretagne s’ouvre davantage sur le marché mondial, mais il reste des progrès à faire. Par exemple les entreprises bretonnes exportent deux fois moins que la moyenne française vers les « BRIC Â» (Brésil, Russie, Inde, Chine) qui sont de plus en plus importateurs (13% des importations mondiales selon l’OMC). On remarque que la Chine est devenue le second fournisseur de la région mais achète trois fois moins de produits bretons. Un autre changement s’est opéré dans la répartition des exportations vers les pays européens. Alors qu’en 1991 l’Espagne était le premier client, l’Allemagne est maintenant en tête (12,2 % de la totalité des exportations bretonnes) devant l’Espagne (8,6%) et l’Italie (8,3%). Comme elle est aussi le premier fournisseur, c’est vraiment le grand partenaire commercial de la Bretagne. Les filières exportatrices, dans un ordre d’importance décroissante, sont : l’agro-alimentaire, la biotechnologie/pharmacie, la santé/équipements médicaux, l’aéronautique, l’automobile et la construction navale. Les entreprises qui exportent le plus sont aussi celles qui sont actives sur le plan mondial et qui souvent possèdent des filiales à l’étranger. Mais elles ne sont que 9% dans ce cas.

La Loire Atlantique renforce ses échanges et conserve son originalité

Comme le soulignait en 1994 Michel Phlipponneau, les échanges extérieurs de la Loire Atlantique diffèrent de ceux de la région Bretagne aussi bien par la nature des marchandises que par l’éventail des pays concernés comme l’indique le tableau suivant :



Comme en région Bretagne, les exportations se font à 60% vers les pays de l’UE. L’originalité principale est la présence de Panama et de Malte sur cette liste. Il s’agit de ventes de bateaux à des armateurs utilisant ces petits pays pour raisons fiscales. La livraison de grands navires par le chantier nazairien STX est intermittente, d’où de fortes fluctuations annuelles dans ce type d’exportation.

Dans les importations, les livraisons de pétrole et de gaz naturel de la Russie, de l’ Azerbaïdjan et de Norvège pèsent lourd. Surtout destinés à la raffinerie de Donges et au terminal méthanier de Montoir de Bretagne, ces carburants sont distribués dans l’Ouest par voie terrestre ou maritime. Les trois pays fournisseurs ne figurent pas sur la liste des meilleurs clients, d’où un déséquilibre permanent de la balance commerciale de la Loire Atlantique. Il est aggravé par le fait que les éléments d’Airbus construits à Nantes et à Saint-Nazaire sont expédiés à Toulouse (où se fait le montage des avions) et en majeure partie incorporés dans les exportations de la région Midi-Pyrénées…

Une organisation plus performante pour exporter davantage

Certes le bilan des efforts pour conquérir des marchés extérieurs est loin d’être négatif. Cependant il est certain que la Bretagne dispose d’un potentiel qui, s’il était bien exploité, pourrait ouvrir d’autres débouchés à l’international. Cela d’abord dépend du dynamisme des entreprises. Plus de recherche pour une qualité supérieure, plus d’innovation, avec économie d’énergie et moins de pollution, d’où davantage de valeur ajoutée et de compétitivité, on connaît la formule qui permet d’étendre les chances de réussite sur les marchés extérieurs. Mais il faut également bien connaître ces marchés et choisir la stratégie la mieux adaptée aux spécificités de chaque pays. C’est à ce niveau qu’il est utile de disposer d’organisations créées dans le but d’aider les entrepreneurs à prendre pied sur un marché en leur facilitant les démarches administratives et les rencontres avec les personnes susceptibles de devenir des partenaires commerciaux. C’est le rôle des correspondants résidant à l’étranger et disposant de nombreux contacts dans les milieux économiques.

La Mirceb (Mission régionale du commerce extérieur breton) disposait en 1994 d’une quarantaine de correspondants, un effectif fort insuffisant pour couvrir les nouveaux marchés que la mondialisation rendait de plus en plus intéressants. En 2003 la Mirceb prend le nom « Bretagne International Â» financée à 80% par le Conseil Régional. Dans une logique de renforcement, Bretagne International fusionne en 2013 avec CCI International Bretagne. Il en résulte une nouvelle organisation, la BCI (Bretagne Commerce International) qui dispose de plus de cent correspondants dans une centaine de pays. On peut espérer que ce regroupement des forces procure aux entreprises exportatrices une aide plus efficace et favorise davantage l’implantation en Bretagne de firmes étrangères. La BCI dispose d’un Observatoire Régional du Commerce International (ORCI), qui recueille et diffuse des données sur les entreprises exportatrices régionales.

En Loire Atlantique, il existe également une structure régionale de soutien aux exportations dans le cadre des Pays de la Loire : la Direccte, Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Pays de la Loire). De son côté la CCI International offre ses services aux exportateurs. Les entreprises de Loire-Atlantique, dont certaines sont membres de Produit en Bretagne, devraient pouvoir profiter de l’image de la Bretagne en dépit de l’artificielle limite administrative régionale. Souvent bien repérée à l’étranger, notamment dans les pays anglophones sous le nom de « Brittany Â», la Bretagne est dotée d’une image beaucoup plus porteuse que celle des Pays de la Loire, région récente peu connue en France ou confondue avec le Val de Loire, et strictement inconnue en Europe et dans le monde.

Sources :

  • Douanes, Portail des statistiques du commerce extérieur
  • Direction régionale du commerce extérieur de la Bretagne
  • Direction régionale du commerce extérieur des Pays de la Loire
  • Direccte : Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Pays de la Loire)
  • CCI International
  • Sur l’évolution du commerce international : site www.leconomiste.eu
  • Observatoire Régional du Commerce International (ORCI)



TIROIR : Le commerce extérieur


KRAMPOUZ, une PME qui exporte

Texte de Pierre-Yves Le Rhun


De la « billig Â» traditionnelle à la « crêpière Â» moderne

Eléments importants de l'alimentation populaire, la galette de blé noir et la crêpe de froment se cuisaient sur une « billig Â» (1), plaque de fonte circulaire posée dans l'âtre sur un trépied et chauffée de préférence par des aiguilles de pin qui dégageaient un parfum de résine.

La crêpière devait à la fois cuire sa galette et alimenter le foyer en disposant habilement le combustible pour obtenir un chauffage homogène. Un travail rendu pénible par l'exposition à la chaleur, voire à la fumée, et par des courbatures quand l'âtre était trop bas.

Le patrimoine culinaire le plus emblématique de la Bretagne risquait de disparaître si le mode de cuisson ne s'adaptait pas aux cuisines modernes et aux besoins des professionnels. L'étincelle vint très logiquement d'une femme de Landudec qui demanda à son beau-frère électricien à Pouldreuzic (2) de lui bricoler une billig moderne, d'un usage commode pour la crêpière. C'est ainsi que Jean-Marie Bosser (3) réalisa en 1945 un appareil chauffé au gaz qu'il eut le flair de proposer aux crêperies du secteur : il avait senti qu'il y avait une clientèle pour son invention.



Krampouz conquiert le marché breton et l'ensemble de la France

Depuis 1945 la crêpière à gaz a constamment été perfectionnée pour répondre aux exigences des professionnels qui sont surtout les crêperies et la restauration rapide. Il a fallu assurer une température homogène en tous points de la plaque, maîtriser le niveau de la chaleur, garantir la robustesse des éléments et la sécurité des utilisateurs. En même temps la gamme des modèles s'élargit et en 1971 est créée la crêpière électrique qui s'imposera comme la meilleure solution sans pour autant éliminer les appareils au gaz.

J.M. Bosser assure efficacement la promotion de Krampouz (4) dans des foires-expositions et des salons professionnels, si bien que dans les années 70, la PME détient le quasi monopole du marché breton où se réalise 30% du chiffre d'affaires. Le cadre régional est donc largement dépassé puisque 70% des ventes se font sur l'ensemble de la France .



CEBIA4 HD.jpg

Cette crêpière à usage professionnel est proposée par Krampouz en trois diamètres (35,40,48cm) selon les normes européennes, mais aussi en 40 cm selon des normes USA/Canada, exportation oblige. Selon le diamètre de la plaque, le poids varie de 15 à 25 kg, ce qui confère à ces crêpières haut de gamme une solidité et une stabilité à toute épreuve. On notera aussi l'élégance sobre des lignes... (Photographie Krampouz)


A la conquête des marchés extérieurs

Dès 1980, Michel Bosser, fils et successeur du fondateur, fréquente les salons professionnels de grandes villes européennes où il rencontre des « distributeurs Â». Ce sont des firmes commerciales qui connaissent très bien leurs marchés, disposent d'un réseau de vente, maîtrisent les opérations d'importation, et recherchent de nouveaux produits pour leur clientèle.

Ces contacts persuadent M. Bosser qu'il faut diversifier la gamme des produits pour mieux répondre aux spécificités des marchés étrangers. Krampouz fabrique ainsi des plans de travail, des accessoires, tout l'assortiment nécessaire à l'activité par exemple d'une crêperie.

En 2001 la PME a l'opportunité de racheter une société belge de fabrication de gaufriers. C'est une première grande opération de diversification, tout en demeurant dans le domaine de compétence de Krampouz : la maîtrise de la cuisson de la pâte par contact direct.

En 2006 la PME est reprise par Serge Kergoat qui possède une double expertise dans le commerce international et la gestion d'entreprise. Il donne un nouvel élan à Krampouz en lançant la fabrication de planchas et de grils. En 2013 le chiffre d'affaires se monte à 12,3 millions d'euros, dont 30 % réalisés à l'exportation dans 150 pays. La production est assurée par 50 salariés dont le nombre est en progression quasi constante.



La recette des succès de Krampouz

Les appareils de cuisson par contact constituent un marché étroit mais qui s'élargit par le développement de la restauration rapide. D'autre part l'utilisation familiale pour des grillades ou des crêpes constitue un débouché permanent.

Krampouz a misé sur la qualité de ses produits. Robustes, résistants à un usage intensif, d'un entretien facile, et surtout très fiables, ses appareils bénéficient d'une excellente réputation. Cette image est renforcée par leur fabrication dans une région réputée pour ses crêpes. Naturellement Krampouz est membre de l'association « Produit en Bretagne» . A l'échelle internationale la PME est bien connue de la diaspora bretonne et quand des Bretons ouvrent une crêperie, les appareils de cuisson sont de Bretagne.

La stratégie de développement de la PME n'a jamais varié. Elle conjugue l'écoute des marchés, une forte présence dans les salons professionnels et l'innovation permanente des produits pour conserver son avance sur la concurrence. Les changements dans la direction de l'entreprise se sont opérés sans perturber les grandes orientations qui ont assuré son essor. C'est un facteur qui consolide la confiance des partenaires commerciaux dans l'avenir de Krampouz.


Sources : Dossier de presse de Krampouz et enquête directe


Notes :

(1) se prononce bilig

(2) commune du Pays Bigouden sur la Baie d'Audierne, connue comme le berceau du pâté Hénaff et de Per-Jakez Hélias, auteur du « Cheval d'orgueil Â»

(3) se prononce bossère

(4) ce nom est un pluriel signifiant « Crêpes Â»




Retour à la Page d'accueil

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Affichages
Actions
Navigation
Boîte à outils