Géographie de la Bretagne/Un littoral à protéger

De SkolVreizhWiki.
Version du 5 octobre 2015 à 14:14 par SkolVreizh (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher

Sommaire

Un littoral à protéger (1994)

Auteur : Yves Lebahy




Les mutations récentes de la politique littorale : de la protection à la préservation (2014)

Auteur : Yves Lebahy


Si les années 70/90 avaient orienté leur action vers la protection du littoral pour répondre aux atteintes qui le menaçaient, il en va tout autrement des années 2000. Pressions accrues sur le littoral, problèmes et enjeux multipliés, évolution des politiques ont conduit à une réflexion plus complexe qui s’est traduite en Bretagne par l’élaboration de la « Charte des espaces côtiers bretons » de décembre 2007 et sa mise en application en 2008. Toutefois de nombreuses questions restent en suspens


Un territoire sous pression :

Phénomène amorcé depuis les années 60, le littoral de la région est l’objet d’un intérêt croissant notamment à partir des années 1998/2000. A ces dates se conjuguent les effets d’un renforcement des flux d’immigration sur la région (attrait de la région au détriment d’autres destinations), ceux d’un accroissement du phénomène de villégiature (résidences secondaires : 14% du parc immobilier régional, situées pour les 2/3 sur le littoral) et en corrélation ceux d’un marché immobilier spéculatif. Depuis, le phénomène n’a guère faibli, même avec la crise dont les effets ne paraissent perceptibles sur le littoral que depuis 2011 avec un ralentissement de la spéculation immobilière.

A l’instar des littoraux les plus touristiques de la planète, les côtes de la Bretagne ont attiré des populations nouvelles à la recherche d’un cadre de vie plus attrayant. Sur les 35 000 habitants venus en 2010 dans la région, 57% se sont installés sur le littoral ou la zone rétro littorale lesquelles désormais concentrent 80% de la population. Près d’un tiers de ces nouveaux venus a plus de 60 ans et intervient dans 57% des transactions immobilières. Ainsi, sur de nombreuses portions du littoral, une économie de villégiature s’est mise en place, reposant sur un habitat de résidences secondaires et/ou de retraite (14% du parc de logements dont les 2/3 sur le littoral avec des taux de 75 à 80% sur certaines communes) qui densifie l’espace et l’artificialise, faisant actuellement de la Bretagne une des régions françaises où cette consommation s’accroît le plus rapidement (plus de la moitié des 6500 ha de terres consommés chaque année en Région Bretagne). Cette orientation non maîtrisée génère un nombre croissant de problèmes.

Alors que le phénomène s’intensifie, nous en mesurons chaque jour les effets pervers : spéculation immobilière et foncière, appétit de constructions, urbanisation en nappe et déstructurée, congestion des villes ports, artificialisation croissante des sols et désir contradictoire de sanctuariser ces espaces au nom de la défense d’un environnement idéalisé ; mais aussi, en corrélation, ségrégation sociale et générationnelle et surtout éviction progressive des activités primaires et industrialo portuaires qui ont construit ce littoral, en ont défini au fil des siècles des cultures, une identité et un patrimoine particuliers.


De la protection à la préservation :

Cette pression touristique croissante, cette densification littorale, l’attrait économique récent des océans qui multiplie les fonctions littorales, ont eu au moins trois incidences : une dégradation des paysages, des conflits d’usages, des désordres environnementaux.

Le premier réflexe a été de protéger. Toutes les politiques publiques lancées depuis 1959, date de création des premiers « Périmètres sensibles », à la loi Littoral (3 janvier 1986) et la loi sur l’eau (3 janvier 1992) sont allées dans ce sens. En dépit de sa nécessité, tout un arsenal de mesures de protection a montré ses limites et été parfois l’objet de vives critiques. C’est le cas de la loi Littoral dont les bienfaits pour le littoral breton sont pourtant évidents. En effet, la pression du phénomène de villégiature y est arrivée après qu’elle soit entrée en application, empêchant ainsi des atteintes lourdes à ses rivages comme cela a pu être le cas ailleurs. Mais toutes ces mesures décidées par l’Etat sont arrivées à posteriori par rapport aux atteintes à endiguer, se sont imposées aux populations et aux élus locaux, ont disséqué l’espace le rendant illisible (une fonction = un périmètre), sont devenus par leur multiplicité une jungle réglementaire difficile à décrypter. Elles ont, par ailleurs, ignoré la zone rétro littorale et l’espace marin aujourd’hui tout autant affectés, d’où les nombreuses critiques formulées à leur encontre.

Dans les années 90, les politiques de protection avouant leurs limites, une série de rapports nationaux, européens et internationaux ont alors prôné une autre orientation des politiques littorales. (1) Peu à peu, une nouvelle approche prenait forme substituant à la notion de protection celle de préservation (prae servare = faire attention, épargner par anticipation). Celle-ci remplace peu à peu les anciennes politiques imposées de l’Etat par une gouvernance participative représentant tous les acteurs, élargissant le seul espace littoral terrestre à une vision spatiale plus large, liant dans une interdépendance complexe les différents milieux naturels composant un littoral (la mer, l’estran, la côte, l’hinterland). C’est donc à un nouveau « contrat social », global et durable, qu’invite, dans une vision stratégique d’aménagement à long terme, cette nouvelle politique dite de Gestion intégrée des zones côtières (GIZC). On la retrouve dans les orientations du « Grenelle de la Mer » définies en 2009 après de larges consultations des différents acteurs vivant sur ces espaces littoraux.

Renouant avec les réflexions prémonitoires du SALBI de 1975 (Schéma d’Aménagement du Littoral Breton et des Iles), très en avance sur son temps, la Région Bretagne s’est emparée de cette notion de GIZC, présentant en décembre 2007 sa « Charte des espaces côtiers Bretons » qui tente d’orienter aujourd’hui nombre de politiques littorales locales à travers la mise en place d’une instance régionale de concertation. La Conférence régionale de la mer et du Littoral regroupe en 5 collèges les différents acteurs concernés (membres de la Conférence territoriale, collectivités locales, Etat, organisations socio-professionnelles, associations, experts).

Ainsi en France, la Bretagne est désormais devenue un exemple en matière de politique littorale. Reste toutefois à sensibiliser la population, à se doter localement des organes de gestion et des compétences nécessaires à la mise en œuvre de cette politique. Car celle-ci est complexe, suppose des pratiques de gouvernance bien différentes de celles en place ainsi qu’une relecture des espaces et du temps.

Carte préservation du littoral BZH.jpg
Légende carte préservation du littoral BZH.jpg


De la mer à la terre :

Nous vivons donc actuellement une période de transition en matière de politique littorale. Certes les mesures anciennes de protection poursuivent leur rôle : loi Littoral, propriétés du Conservatoire du littoral, Opérations Grand Site, SMVM, périmètres Natura 2000 à terre et en mer tissent leur toile en matière de protection. Mais peu à peu la nature de leur action a changé. Il ne s’agit plus de protéger, de « mettre sous cloche » ces espaces. Il faut au contraire les faire vivre, insérer leurs fonctions dans une approche globale, intégrant les dynamiques environnementales, les activités humaines et leurs évolutions, les enjeux de demain. Ainsi le Conservatoire du littoral se préoccupe depuis quelques années de la mise en valeur agricole des terres qu’il possède ; ainsi les Comités des pêches revendiquent la gestion des espaces Natura 2000 en mer pour préserver la ressource et participent à de nombreux projets de cantonnement à travers les politiques éoliennes et hydroliennes en mer (cas du secteur de Paimpol/ Bréhat). Mais c’est une approche plus complexe des territoires qui apparaît aujourd’hui nécessaire, considérant dorénavant le géosystème littoral dans son ensemble comme un espace unique (par géosystème, concept paru en 1968, il faut entendre la combinaison des écosystèmes et des anthroposystèmes). Il y a en effet nécessité à le considérer dans sa globalité pour mieux en maîtriser les interactions complexes, c'est-à-dire en intégrant toutes les composantes de cet espace d’interférence où l’eau constitue le dénominateur commun et vital pour tous: la mer, la mer bordière si essentielle, ses îles, l’estran, la côte, le littoral, la zone rétro littorale, l’hinterland rural.

Cela suppose un changement radical des représentations, impliquant la prise en compte des enjeux à partir de la mer et non plus du continent. En préserver son état pour en assurer les équilibres (morphologiques, halieutiques) suppose, en effet, de remettre en cause nos pratiques de vie, essentiellement terrestres. Vaste projet supposant une révolution des comportements et des esprits. Il convient alors de gérer ce milieu d’interface en responsabilisant les populations qui y vivent et y travaillent, ce qui suppose une instance de gestion unique pour traiter tous à la fois les problèmes et des territoires d’action adaptés et cohérents à l’égard de cette politique.

Le concept de Pays maritime et côtier, apparu en 1999 et s’inscrivant dans la démarche de reconnaissance du Pays comme une structure de base du territoire breton serait sans doute le mieux à même de répondre à de tels objectifs, mais les orientations nationales, bien qu’en reconnaissant tout l’intérêt, semblent désormais tourner le dos à ce mode d’autogestion responsable, solidaire et direct, parfaitement en adéquation avec cette notion de GIZC.

Toutefois, à travers les SMVM (Schémas de Mise en Valeur de la Mer) actuellement en place, les projets de Parcs Naturels Régionaux (un sur le golfe du Morbihan sur le point de se concrétiser après de longues tentatives, d’autres à l’étude en baies de Morlaix et du Mont Saint Michel), de Parcs marins (celui d’Iroise déjà fonctionnel ; un second en attente sur le Mor Braz), c’est bien en ce sens qu’évolue la politique littorale aujourd’hui.

On peut regretter la lenteur de la mise en place de ces Aires Marines Protégées (AMP), mais les démarches sont complexes et supposent de remettre en cause de nombreux intérêts particuliers et les représentations. L’enjeu est pourtant essentiel car il définit le « projet de vie » futur de nos sociétés littorales, voire de la région toute entière dans le cadre d’un « nouveau contrat social ».

(1) ch. 17 de l’agenda 21 de la Conférence de Rio en 1992 évoquant la notion de « gestion intégrée et de développement durable des zones côtières » ; expérimentation lancée en 1995 par la CE de cette notion « d’Aménagement intégré des zones côtières » ; 1er bilan d’application de la loi Littoral de février 1999 ; recommandation du Parlement européen et du Conseil relative à la mise en oeuvre d’une stratégie de gestion intégrée des zones côtières de mai 2002 ; rapport d’août 2004 de la DATAR « pour un «développement équilibré du littoral ».



Bibliographie indicative :

  • EUZENES Pierre et LE FOLL François (rapporteurs), Pour une gestion concertée du littoral en Bretagne, Conseil Economique et Social Région Bretagne, Juin 2004.
  • BOUYER Christine (sous la direction), Construire ensemble un développement équilibré du littoral, Etude prospective DATAR, La documentation Française, 2004.
  • LEBAHY Yves et LE DELEZIR Ronan, Le littoral agressé - Pour une politique volontariste de l’aménagement en Bretagne, Editions Apogée, Novembre 2006.
  • Région Bretagne, La charte des espaces côtiers bretons, Décembre 2007. LE RHUN P.Y., LE SANN A., LEBAHY Y., LESCOAT J., MARIE G., OLLIVRO J., PERON F., TOCQUER P., Bretagne : un autre littoral, éditions Apogée, Janvier 2009.
  • GUYOMARC’H Jean Paul et LE FOLL François (rapporteurs), Milieux côtiers, ressources marines et société, Conseil Economique et Social Région Bretagne, Décembre 2011.
  • MERCKELBAGH Alain, Et si le littoral allait jusqu’à la mer ! La politique du littoral sous la Ve République, Editions Quae, Mars 2009.


Ces informations cartographiques ne remettent nullement en cause l’existence des mesures de protection décrites dans la carte de 1993 (p.175). Au contraire, elles s’y superposent, élargissant le spectre des moyens de protection et préservation, tant à terre qu’en mer.





TIROIR : La protection du littoral

Documents consultables dans ce tiroir :

Les aires marines protégées (AMP)

Auteur : Yves Lebahy


La notion « d’aires marines protégées » existe depuis longtemps mais elle réapparaît sous la forme d’un Réseau dans la Directive Cadre Stratégique pour le Milieu Marin (DCSMM) – 2008/56/CE - du Parlement européen et du Conseil du 17 Juin 2008.

Elle offre ainsi un cadre communautaire d’action permettant « aux Etats membres de prendre toutes les mesures nécessaires pour réaliser ou maintenir un bon état écologique du milieu marin, au plus tard en 2020 », s’appliquant jusqu’à la limite des 200 milles. Elle a été reprise dans le Grenelle de la mer en tant que stratégie nationale.

« Une Aire Marine Protégée est un espace délimité en mer, au sein duquel un objectif de protection de la nature à long terme a été défini et pour lequel un certain nombre de mesures de gestion sont mises en œuvre telles que le suivi scientifique, le programme d’action, les bonnes pratiques , la réglementation, la surveillance, l’information au public. L’objectif n’est pas exclusif d’autres objectifs ». (1)

Aussi en certains cas, assiste-t-on à une revendication des comités des pêches d’assumer cette responsabilité et d’assurer le suivi scientifique de ces aires avec l’aide de chercheurs. La survie des pêches côtières en dépend en effet. Six catégories d’aires sont répertoriées :

- les Parcs nationaux

- Les réserves naturelles régionales

- Le domaine public maritime affecté au Conservatoire du Littoral

- Les sites Natura 2000

- Les arrêtés de protection de biotope

- Les Parcs Naturels Marins

A cela s’ajoutent : les cantonnements de pêche, les Parc Naturels Régionaux avec territoire en mer, les réserves de la Biosphère, les sites RAMSAR, etc.

La stratégie nationale prévoit la constitution d’un réseau cohérent couvrant 10% des zones sous juridiction française d’ici 2012, 20% d’ici 2020, développant ainsi la « Trame verte et bleue » proposée dans le Grenelle de l’environnement.


(1) Jean Paul GUYOMARC’H et François LE FOLL (rapporteurs), Milieux côtiers, ressources marines et société, CESR de Bretagne, Décembre 2011, p. 199.



Retour à la Page d'accueil

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Affichages
Actions
Navigation
Boîte à outils